^

Monde

Peyi Lòk

En Haïti, les travailleurs se révoltent contre la hausse des carburants

Suite à l’annonce du gouvernement d’arrêter les subventions sur les carburants, de larges manifestations ont éclaté dans la capitale et dans plusieurs grandes villes haïtiennes contre la précarité et l'inflation.

jeudi 15 septembre

Crédit photo : AFP

Le mouvement contre la vie chère en Haïti s’est amplifié ces derniers jours, suite à l’annonce du Premier ministre Ariel Henry de la fin des subventions et du doublement du prix sur le carburant. Ce mercredi, on comptait encore des milliers de manifestants à Port-au-Prince et dans les grandes villes qui se sont révoltés contre l’extrême pauvreté dans laquelle est plongé le pays. Ces manifestations de par leur ampleur ont bloqué de nombreux axes routiers et les manifestant ont dû faire face à la répression des forces de police qui a causé 2 morts et de nombreux blessés dans la capitale qui s’ajoute à la répression violente du mouvement depuis le début de la protestation.

Cette situation fait notamment suite à un été marqué par les pénuries de carburant et d’électricité en Haïti. Le prix du diesel va ainsi doubler pour atteindre pas moins de 5,69 euros. Des montants indécents alors que le salaire minimum en Haïti atteint à peine 73 centimes d’euros de l’heure. Les travailleurs haïtiens s’étaient d’ailleurs mobilisés en février dernier pour une hausse du salaire minimum.

Une crise inflationniste qui s’ajoute à une crise politique et économique profonde causée par les grandes puissances impérialistes

Cette crise profonde qui trouve ses racines dans le contexte de hausse mondiale des prix de l’énergie est largement exacerbée par l’ingérence conjointe du FMI et des États-Unis qui plonge le pays dans la misère depuis des décennies. De plus, les conditions économiques dans lesquelles sont plongées la classe ouvrière et les classes populaires haïtiennes trouvent leurs racines historiques dans le colonialisme et l’impérialisme qui soumet toujours le peuple haïtien. Historiquement l’impérialisme français n’est d’ailleurs pas en reste. La dette versée par Haïti à la France comme coût de compensation pour la libération de la colonisation française du pays empêchant toutes mesures sociales et développement du pays depuis le XIXe siècle.

De nombreuses révoltes dans différents pays sous domination impérialiste comme au Sri Lanka ou le Panama ont d’ores et déjà éclaté contre la vie chère et notamment contre la hausse des carburants. En Europe également, la situation de grève au Royaume-Uni contre la vie chère et pour les salaires fait craindre aux capitalistes des pays impérialistes un « automne du mécontentement. Les travailleurs haïtiens montrent à leur tour la la voie à suivre : c’est par la mobilisation et la construction du rapport de force dans la rue et par la grève que les classes ouvrières de tous les pays pourront faire face à la hausse terrible des prix et imposer leur revendications qui deviennent aujourd’hui vitales.



Mots-clés

Inflation   /    Prix de l’énergie   /    Révoltes   /    Impérialisme   /    Manifestation   /    Haïti   /    Monde