^

Notre classe

Solidarité de classe

Face à la répression de La Poste et Pénicaud, remplissons la cagnotte pour Gaël Quirante

Après que le tribunal administratif de Cergy-Pontoise ait suivi la décision de Muriel Pénicaud concernant le licenciement de La Poste de Gael Quirante, et alors que le militant combatif ne touche plus le chômage, une cagnotte de solidarité a été lancée pour poursuivre le combat !

vendredi 5 mars

Participez à la cagnotte de soutien !

Depuis plusieurs années Gael Quirante, militant combatif et membre de la direction du NPA, est victime d’un véritable harcèlement judiciaire. En 2018, Muriel Pénicaud ministre du travail prenait la décision de son licenciement, après plus de dix tentatives de licenciements et plus d’un an de mise à pieds de la part de la direction de la poste. . Cette décision était alors éminemment politique il s’agissait d’envoyer le message à tout les militants, les syndicalistes et les travailleurs qui voulaient résister aux attaques patronales qu’ils pourraient subir le poids de la répression.
 
Aujourd’hui, Gaël est en fin de droits et ne touche plus un seul euro de pôle emploi. Pourtant il continue à se mobiliser en soutien de ses anciens collègues, il est tout les jours présents dans les manifestations, dans les réunions, dans les locaux de la Poste. La grève qui avait suivi son licenciement de la part de 150 facteurs, factrices des hauts de seine, qui a duré près de 15 mois avait de plus permis à Gaêl Quirante de garder son rôle syndical, de rester au près des travailleurs et de continuer à lutter à leurs côtés.

 
Les attaques contre Gael sont des attaques contre l’ensemble des salariés, elles visent pour le patronat et le gouvernement à faire du syndicaliste un exemple et de stopper la contestation de son licenciement en cherchant à l’asphyxié financièrement. Rappelons que ce licenciement avait été à de nombreuses reprises débouté par l’inspection du travail et même par les services du Ministère du Travail qui déclaraient alors qu’il y avait une discrimination syndicale à l’encontre de Gaël. Muriel Pénicaud décidait de les contourner et imposait le licenciement par la force.

Face à cette situation une collecte de soutien a été organisé pour pouvoir salarier Gael et qu’il continue à mener ces activités syndicales à la Poste le temps des recours judiciaires. L’objectif fixé est celui de récolter 25 000 euros en 1 mois pour pouvoir assurer le salaire du syndicaliste pendant un an. En seulement trois jours, la moitié de cette somme a été récolté, preuve que la solidarité de classe fonctionne à plein.

Il est important de soutenir massivement Gaël Quirante, afin qu’il obtienne réintégration mais aussi en participant à la cagnotte de soutien, pour montrer que la répression n’empêche pas de continuer à militer. Et montrer au patronat et à son gouvernement que dès qu’un travailleur est touché, c’est l’ensemble de la classe ouvrière qui est attaquée.




Mots-clés

Gaël Quirante   /    répression syndicale   /    Muriel Penicaud   /    La Poste   /    Répression   /    Notre classe