^

Politique

La police revendique son impunité

Fresque Adama Traoré. Alliance obtient l’effacement de la mention de violences « policières »

Hier, des centaines de personnes s'étaient rassemblées pour défendre la fresque « contre le racisme et les violences policières » représentant George Floyd et Adama Traoré. Mais le syndicat de police Alliance 93 a obtenu que soit effacé le terme « policières » dans la formule « violences policières ».

mardi 23 juin

 Crédits photo : Révolution Permanente 

Une fresque à Stains (93) représentant George Floyd et Adama Traoré et portant la mention « Contre le racisme et les violences policières » a provoqué la colère du syndicat policier Alliance 93, qui n’admet pas que l’on pointe le racisme systémique des forces de répression.

Comme nous l’écrivions hier, des centaines de personnes ont répondu à l’appel du comité Adama à Stains pour défendre la fresque représentant George Floyd et Adama Traoré. Le syndicat de police Alliance 93 avait cherché à intimider le mouvement contre le racisme et les violences policières, en appelant à manifester devant la fresque d’hommage. Le comité Adama s’était félicité d’une victoire, puisque aucun policier n’est finalement venu devant la fresque, préférant se rassembler à Bobigny.

Mais le syndicat de police ne s’est pas arrêté là. Revendiquant leur « impunité policière », comme le dénonçait hier Assa Traoré, ils ont exigé que soit effacé la mention de « violences policières » sur la fresque. Comme l’explique le HuffPost, « Ils ont demandé à rencontrer le préfet de Seine-Saint-Denis en urgence afin que celui-ci fasse retirer l’inscription qui surplombe les visages des deux victimes […]. Le syndicat a obtenu l’effacement du terme “policières”, dans la formule “violences policières” de la fresque inaugurée le jeudi 18 juin en présence de l’élu communiste et d’Assa Traoré. Le maire de la ville Azzedine Taïbi a été mis en demeure par le préfet Georges-François Leclerc de la retoucher, précise le quotidien régional. »

Un exemple de l’impunité policière et du rôle des syndicats de police, qui n’existent que pour défendre le « droit » des policiers à réprimer, violenter et exercer leur racisme en toute tranquillité. Alliance 93 a déjà reculé une fois devant la mobilisation, en déplaçant son propre rassemblement à Bobigny puis en ne revendiquant plus l’effacement de toute la fresque mais seulement du terme de violences policières. Cela témoigne de la force des luttes collectives contre le racisme, les violences d’État et l’impunité policière.




Mots-clés

violence d’état   /    #JusticeForGeorgeFloyd   /    Répression policière   /    Police   /    Comité Vérité pour Adama   /    impunité policière   /    Adama Traoré   /    Violences policières   /    Politique