^

Notre classe

#NosViesPasLeursProfits

Le Covid19 gagne du terrain grâce à des bus pleins

Plus de place dans les services de réanimation de la Seine-Saint-Denis. Il en restait encore une il y a peu mais avec un confinement purement théorique, on se doutait bien que la dernière place allait vite être prise. C'est presque une "chance" de tomber malade maintenant du COVID19 parce que les prochaines victimes du célèbre virus vont errer longtemps avant de trouver l'hospitalité d'un hôpital.

mardi 31 mars

Pourquoi tant de malades dans le 93 ? Très simple ! Une des causes identifiées est le manque de transports mis en place par la RATP pour absorber le nombre important de voyageurs dans ce département. La ligne 170 qui relie la gare de Saint-Denis (D) à la porte des Lilas est littéralement prise d’assaut laissant ainsi les voyageurs entassés les uns sur les autres. Ne parlez pas de gestes barrières ou de distanciation sociale. Dans un département où le plus important est de survivre à sa précarité, pas le temps d’attendre le prochain bus même si celui-ci est plein à craquer. La preuve en image. En pleine journée on trouve des hommes et femmes confinés...mais pas chez eux, dans un bus de ligne 170 et donc condamnés à faire leur trajet dans des conditions qui les expose dangereusement à la contagion.

Contracter le coronavirus n’est donc pas très difficile en Seine-Saint-Denis puisque les têtes pensantes de la RATP déploient des bus mais sans le nombre qui convient pour éviter la contamination entre voyageurs. Et d’autres lignes du 93 connaissent le même sort ce qui explique aussi pourquoi le nombre de contaminations en Île-de-France donne le vertige. N’essayez pas non plus d’exercer votre droit de retrait. L’entreprise considérera ce droit comme illégitime et vous écoperez même d’une sanction disciplinaire. Merveilleux non ? Arrêt maladie ? Non plus car de plus en plus de médecins n’en délivrent plus et préfèrent envoyer les chauffeurs de bus au front. Que reste-t-il alors ? Ne reste plus dans de telles conditions que d’affronter son destin...funeste destin.

Qu’on arrête alors de s’étonner devant le décompte morbide des morts et des contaminés au COVID19. On sait pertinemment comment arrêter ce massacre. Mais pourquoi autant de circulation alors même que le confinement est décrété ? C’est en partie dû au maintien en activité des entreprises non essentielles comme la construction de bâtiments, d’automobiles, et autres activités qui ne sont pas indispensable dans la situation actuelle. A part se nourrir et se soigner pour rester en vie, on ne voit pas trop quels types de besoins peuvent exister pendant un confinement dont l’objectif est d’éradiquer un terrible virus.

Si une partie du transport est indispensable à la survie de la population pour acheminer les travailleurs essentiels à l’activité comme se soigner, se nourrir... une importante partie du trafic dans les transports est liée au travail qu’on appelle non essentiel. Mais face à l’urgence vitale à la RATP et alors que le nombre de personnes contaminés augmente de manière exponentielle, il s’agirait tout au contraire de réduire la circulation des personnes au maximum, en commençant par fermer les entreprises non-essentielles. Mais pour cela, encore faut-il avoir le courage de s’opposer au grand patronat, et à ce capitalisme sanguinaire qui continue de se nourrir de cette manne de travail bon marché et malléable à souhait. C’est ce que Bruno Le Maire appelle le "capitalisme humain avec moins d’inégalités".

En attendant le COVID19 continue son petit bonhomme de chemin meurtrier dans le 93 grâce au bus de la RATP où cheminement rime avec confinement. Sauf que le virus, est-il nécessaire de le rappeler, ne connaît pas les frontières. Il n’a pas été très difficile l’importer de Chine. Il ne trouvera donc pas plus de difficultés à s’inviter dans les Hauts de Seine. À bon entendeur.


APPEL A TÉMOIGNAGES : Salarié ou usager des transports en commun, vous constatez qu’ils ne sont pas nettoyés ou tout manquement à votre sécurité face à l’épidémie (mesure de distanciation, etc.) : écrivez-nous à [email protected] ou sur les réseaux sociaux, envoyez-nous photos ou vidéos avec la date et le lieu. Soyons mobilisés pour dénoncer toute mise en danger de nos vies et celle de nos familles ! #NosViesPasLeursProfits




Mots-clés

Covid-19   /    #NosViesPasLeursProfits - Témoignage   /    Coronavirus   /    Transport   /    #NosViesPasLeursProfits   /    RATP   /    Notre classe