^

Notre classe

Grève de l'AP-HP

Pitié-Salpêtrière : les CRS arrachent la banderole des hospitaliers grévistes pour la venue de Castaner

Alors que l’affaire de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière ébranle le gouvernement, la visite de Castaner dans l’hôpital a été calibrée pour esquiver une autre question, celle de la grève des urgentistes parisiens. Une banderole des grévistes a été retirée par les CRS, et le personnel en grève a été écarté des caméras.

vendredi 3 mai

Il est clair que le gouvernement ne voulait pas, en plus du mensonge du ministre de l’intérieur ébruiter la grève en cours dans les hôpitaux parisiens. Dès le 1er mai, Castaner s’est rendu à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière dans le 13ème arrondissement de Paris, une visite pour tenter d’incriminer des manifestants qui auraient ‘’attaqué’’ l’hôpital, ouvrant un mensonge d’État, dans lequel le gouvernement est actuellement empêtré.

Banderole retirée par les CRS, en face de l’entrée des urgences

Mais sa venue, à priori dans l’urgence, a tout de même été préparée. Une des banderole des grévistes a été retirée par les forces de l’ordre sur demande de la directrice, un soignant raconte à LCI : « Elle a demandé aux CRS de le faire, ce qu’ils ont fait, et ils l’ont mise dans la poubelle  », ce qui nous a été confirmé par d’autres soignantes. La direction se défend en indiquant que les banderoles sont systématiquement enlevées, mais la suite du témoignage prouve que le timing n’était pas si anodin que ça, car le personnel mobilisé a également été écarté des caméras, dans le milieux hospitalier, le droit de grève étant complexe, beaucoup de grévistes sont assignés à travailler, les inscriptions sur les blouses sont un des moyens d’expression utilisés pour malgré tout manifester les revendications, les indications ont été claires à ce sujet, il a été demandé : « aux urgentistes en grève avec les indications sur leurs blouses de ne pas se montrer. On a été mis à l’écart de ce qu’il s’est passé hier [mercredi 1er mai, ndlr]. Il ne fallait pas qu’on nous voie dans le champ des caméras  » témoigne un gréviste.

Une pratique récurrente lors des visites gouvernementales dans les entreprises en lutte, où les grévistes ou toutes personnes pouvant exprimer un désaccord sont régulièrement écartés des caméras, laissant uniquement voir des employés triés sur le volet.

Une manière d’esquiver les sujets sensibles. Sur le cas des hôpitaux, la problématique est pourtant profonde, depuis plusieurs semaines maintenant plusieurs hôpitaux sont mobilisés pour demander plus de moyens, alors que les conditions d’accueil se dégradent de plus en plus. Les directions sont incapables de répondre, alors que 700 postes au moins seraient nécessaire, ce sont pour l’instant 45 postes qui sont proposés … La mobilisation se poursuit donc, et se propage dans d’autres établissements.

Un épisode qui laisse à voir un peu plus le rôle de ce gouvernement et de sa police. Mater les contestations et maintenir l’ordre des dominants que ce soit dans les lieux de vie, dans les quartiers populaires, dans la rue lors des manifestations et sur les lieux de travail quand les travailleurs relèvent la tête !

Crédit photo : KENZO TRIBOUILLARD




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Casse de l’hôpital   /    Christophe Castaner   /    Grève   /    Répression   /    Notre classe