^

International

Guerre en Ukraine

Pologne. L’OTAN se réunira ce mercredi suite aux explosions à la frontière avec l’Ukraine

Deux personnes sont décédées à la suite d'une explosion près de la frontière ukrainienne. Si la Russie nie toute implication, les ambassadeurs de l'OTAN se réunissent demain matin sur demande de la Pologne.

mardi 15 novembre

Selon les rapports, qui ont été repris par les agences de presse internationales, l’incident a eu lieu dans une ferme de Przewodow, du côté polonais de la frontière avec l’Ukraine. Deux personnes sont mortes dans l’explosion.

L’un des premiers à affirmer que la cause de l’explosion était des missiles provenaient de Russie a été le président ukrainien Volodymir Zelensky. Sur son compte Télégram, alors que les faits ne sont pas encore clairs, il a déclaré que « ce que nous avions annoncé depuis longtemps s’est produit aujourd’hui. La terreur ne se limite pas à nos frontières nationales. Des missiles russes ont frappé la Pologne ».

La Russie a déclaré qu’elle n’avait pas attaqué de cibles près de la ville polonaise de Przewodów et a qualifié de « provocation délibérée » les affirmations des médias et des responsables polonais.

« Il n’y a pas eu d’attaques contre des cibles près de la frontière entre l’Ukraine et la Pologne par des moyens de destruction russes », a déclaré le ministère de la Défense dans un bref communiqué.

Le Pentagone s’est quant à lui montré prudent. Le porte-parole du département américain de la défense, qui a soutenu l’Ukraine militairement et financièrement, le général de brigade Pat Ryder, a déclaré lors d’une conférence de presse qu’il évaluait les rapports des médias.

« Je ne dispose d’aucune donnée permettant de corroborer qu’il y a eu un bombardement de missiles » sur le sol polonais, a déclaré Ryder. Il a ensuite ajouté, lorsqu’on lui a demandé quelle serait la réaction des États-Unis si l’attaque contre la Pologne, membre de l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique Nord), était confirmée, que son pays maintenait ses « engagements de sécurité » et son attachement à l’article V de l’Alliance atlantique sur la défense collective : "Nous avons fait savoir plus que clairement que nous défendrons chaque pouce du territoire de l’OTAN".

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré que l’Alliance atlantique « suit de près » l’explosion survenue en Pologne et a souligné l’importance « d’établir tous les faits », en réponse aux informations diffusées par les médias locaux. Sur son compte Twitter, M. Stoltenberg a déclaré avoir contacté le président polonais Andrzej Duda « au sujet de l’explosion en Pologne ».

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a convoqué cet après-midi le Comité de sécurité nationale et de défense de son gouvernement. Le porte-parole du gouvernement a exhorté les médias à ne pas diffuser « d’informations non confirmées » et a déclaré qu’après la réunion, les informations disponibles seraient rendues publiques « dans la mesure du possible ».

Certains analystes spéculent que les missiles pourraient être d’origine russe, ce qui n’a pas été prouvé, et qu’ils pourraient avoir atterri sur le sol polonais après avoir été détournés d’une cible en territoire ukrainien.

Cet incident pourrait marquer le début d’une escalade inattendue pour les principaux membres de l’OTAN. Les puissances d’Europe de l’Ouest sont restées beaucoup plus prudentes dans leurs déclarations. L’Otan a annoncé la tenue d’une réunion d’urgence des ambassadeurs de l’Otan mercredi matin.



Mots-clés

Guerre en Ukraine   /    OTAN   /    Vladimir Poutine   /    Pologne   /    Ukraine   /    International