^

Politique

Gestion erratique

Président de la triche ? Selon Mediapart Macron pourrait avoir menti sur la date de sa vaccination

Après le scandale des masques, les multiples mensonges et approximations du gouvernement et sa gestion catastrophique de la crise sanitaire, voici le dernier épisode en date : selon les données récoltées par Mediapart, Macron n’aurait pas été vacciné le 31 mai comme annoncé mais le 13 juillet, suite aux annonces sur le pass sanitaire.

vendredi 27 août

Photo by Ludovic MARIN / AFP)

Selon des informations révélées par Mediapart issues des données de l’Assurance Maladie, les dates de vaccination du couple présidentiel ne sont pas identiques, contrairement à ce qu’avait annoncé Macron via Twitter. En effet, le média d’investigation explique que si les documents consultés indiquent bien que Brigitte Macron a reçu une dose le 31 mai, Emmanuel Macron n’aurait lui été vacciné que le 13 juillet. L’Elysée a bénéficié de plus de 48 heures de délai avant la sortie de l’article pour communiquer des preuves, notamment le numéro de lot du vaccin utilisé, qui auraient permis de prouver que le président a bien été vacciné le 31 mai, mais aucune n’a été transmise. Seules des affirmations ont été faites par l’Elysée, selon lesquelles il s’agirait d’une erreur humaine dans la saisie des données pour la génération du certificat de vaccination du président. L’Elysée soutient la thèse selon laquelle il y aurait eu une erreur entre la date de saisie des données, le 13 juillet, et celle de vaccination, le 31 mai. Tous les documents concordent en revanche pour Brigitte Macron qui a donc bien été vaccinée le 31 mai.

Cet épisode ne peut avoir comme conséquence qu’une aggravation de la défiance générale de la population envers le gouvernement et sa stratégie de lutte contre le virus. Une fois de plus, la gestion erratique du gouvernement accentue la défiance, alors que les manifestations contre le passe sanitaire, où se mêlent aussi des tendances antivaccins, battent leur plein. Alors que la vaccination de masse reste un élément clé dans la résolution de la crise, une nouvelle fois, un tel manque de transparence pourrait constituer un argument pour une partie de la population qui exprime des doutes quant à la vaccination. D’autant plus que selon les données de l’Assurance Maladie, la vaccination de Macron se serait faite le lendemain de son allocution sur le pass sanitaire, rendant son discours particulièrement ironique, puisque celui qui expliquait son intention de forcer ses compatriotes à se faire vacciner ne l’était peut-être pas encore lui-même.

Dans un même temps, il est d’autant plus insupportable d’entendre la rhétorique de responsabilisation individuelle du gouvernement, qui croit pouvoir faire peser sur la population le possible rebond épidémique. Ainsi, les tentatives de responsabilisation, notamment en Martinique, sont doublement honteuses, d’une part à cause du manque criant de moyens de l’hôpital public dans cette zone et d’autre part lorsqu’un tel discours provient d’un gouvernement qui n’est même pas capable de transparence sur la vaccination du chef de l’État.




Mots-clés

Vaccin   /    Covid-19   /    Scandale   /    Emmanuel Macron   /    Politique