×

Solidarité ouvrière

Raffinerie de Normandie. Les grévistes reprennent le piquet face à la police et votent la reconduction

Face aux réquisitions mises en place par l’Etat pour casser la grève des raffineurs de la plateforme pétrolière de Normandie, les travailleurs et la jeunesse répondent par la solidarité. Ce midi, des centaines de grévistes et de soutiens ont fait reculer la police et ont repris le piquet de grève. La reconduction de la grève a ensuite été votée.

Rafael Cherfy

24 mars 2023

Facebook Twitter
 Raffinerie de Normandie. Les grévistes reprennent le piquet face à la police et votent la reconduction

Crédits photo : Révolution Permanente

Alors que le gouvernement tente de briser la grève des raffineries par des réquisitions, la raffinerie Total de Normandie continue de résister à l’offensive grâce à la solidarité. Mercredi, suite à l’annonce des réquisitions, c’est plus de 300 grévistes de l’ensemble des zones industrielles havraises, ainsi que des étudiants, qui ont permis de déjouer temporairement l’offensive anti-grève du gouvernement. Dans la continuité, un nouveau rassemblement de soutien était appelé ce vendredi à 12 h 45 devant la plus grande raffinerie de France.

Des centaines de travailleurs et d’étudiants ont répondu présent : des dockers et éboueurs du Havre, des travailleurs du dépôt pétrolier de la CIM, de la centrale nucléaire de Paluel, des militants de l’union locale CGT Harfleur et du Havre, de l’union départementale CGT de l’Eure, du personnel de l’éducation, des énergéticiens, des travailleurs de la CGT Sidel et de la CGT Chevron, ou encore le rappeur havrais Médine.

À eux se sont joints ajouté 150 étudiants et travailleurs venus avec deux bus affrétés depuis Paris par le réseau pour la grève générale. Parmi eux, des étudiants, des cheminots, des travailleurs de la RATP, des raffineurs du site Total de Grandpuits, mais aussi la comédienne Adèle Haenel et le philosophe Frédéric Lordon.

Très tôt ce matin, une cinquantaine de policiers avaient nassé les raffineurs et leurs soutiens devant la plateforme de Normandie. Finalement, vers 8 heures, les grévistes ont réussi à reprendre le piquet, mais la police bloquait l’accès aux soutiens.

Ce midi, alors qu’un important dispositif policier se présentait devant les soutiens rassemblés, ces derniers ont commencé à s’avancer pour rejoindre les portes de la raffinerie et ont finalement réussi à faire reculer la police pour reprendre le piquet de grève. Une énorme démonstration de la solidarité face à la répression que tente de déployer le gouvernement.

En suivant, les raffineurs et leurs soutiens ont tenu le piquet de grève tout en multipliant les interventions et les slogans, le tout dans une ambiance combative. Les raffineurs se sont ensuite réunis en assemblée générale et ont décidé de voter la reconduction de la grève.


Facebook Twitter
Pas de rentrée dans le 93 : grève reconductible et AG pour dénoncer la casse de l'éducation

Pas de rentrée dans le 93 : grève reconductible et AG pour dénoncer la casse de l’éducation

Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?


InVivo : « L'homme le plus puissant de l'agriculture française » n'aime pas les syndicats

InVivo : « L’homme le plus puissant de l’agriculture française » n’aime pas les syndicats

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l'éducation

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l’éducation

« C'est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

« C’est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

Grève : l'usine Bosch de Mondeville à l'arrêt contre la menace de suppression d'emplois

Grève : l’usine Bosch de Mondeville à l’arrêt contre la menace de suppression d’emplois

Un dirigeant de la CGT convoqué à la gendarmerie pour un collage d'affiches sur une poubelle

Un dirigeant de la CGT convoqué à la gendarmerie pour un collage d’affiches sur une poubelle