^

Politique

#Blanquerdemission

Réseaux saturés, bugs informatiques : l’enfer du distanciel sauce Blanquer commence

Retour de l’école à la maison ce mardi et premiers dysfonctionnements qui révèlent l’impréparation totale du gouvernement et le manque de moyens dans l’éducation nationale. Sur Twitter ce matin, les témoignages de professeurs se sont multipliés pour dénoncer les errances de Blanquer.

mardi 6 avril

Photo : AFP

Comme lors du premier confinement, les témoignages de difficultés techniques se sont accumulées sur les réseaux ce mardi et l’impression qu’aucune leçon n’a été tirée était largement partagée sur Twitter. Ainsi, un an après, la norme est toujours à l’impréparation à l’éducation nationale. L’école à la maison a redébuté, ce mardi 6 avril, avec de nombreux bugs et dysfonctionnements signalés par des professeurs, parents d’élèves et élèves. En causes, des serveurs numériques d’ores et déjà inaccessibles et défaillants.

Dans plusieurs régions, notamment l’Ile de France, les Hauts de France et le Grand Est, les élèves ont été confrontés à des problèmes de connexion aux environnements numériques de travail ( ENT). Lors d’un déplacement dans une école primaire du XVème arrondissement de Paris, Blanquer a notifié que « des dysfonctionnements et des défaillances ». Le ministre a tenté de cacher l’impréparation gouvernementale concernant la reprise en distanciel dans les écoles en déclarant que « De fait, les collectivités territoriales et les opérateurs n’ont pas su faire face à l’afflux, j’espère qu’ils vont trouver une solution dans la journée » avant d’évoquer des « attaques informatiques venues de l’étranger ».

« Nous sommes préparés à tout » annonçait pourtant triomphalement Blanquer lors de la rentrée de septembre. Force est de constater que rien n’est moins vrai. Un an après le début de la pandémie, l’Éducation nationale en est toujours au même point d’impréparation. Les revirements constants du ministre de l’Éducation nationale y sont pour beaucoup. Le changement brusque, imposé le mercredi 31 mars pour passer en enseignement en distanciel dès le mardi 6 avril jusqu’aux vacances homogénéisées sur tout le territoire à partir du 10 jusqu’au 26 avril avant de reprendre en distanciel une semaine en collège et lycée, a pris de cours les enseignants et les parents d’élèves.

« L’impossibilité d’utiliser les outils de cours à distance aux premières heures de cette nouvelle période d’enseignement à distance risque d’aggraver encore le décrochage » note SUD-Éducation dans un communiqué. Pour les personnels et élèves de l’éducation nationale, il faut toujours faire avec l’incompétence criminelle d’un ministre qui aura jusqu’au bout tenté de garder les écoles ouvertes sans la moindre augmentation de moyens et avec un protocole sanitaire moyenâgeux. Un an après, il semble que Blanquer aura accordé plus d’attention à la chasse d’un islamogauchisme fantasmé qu’à celle du Covid dans les écoles, ou à la préparation du passage au distanciel. Comme le montre ces dysfonctionnements, plus que jamais nous devrons nous battre pour imposer l’investissement massif de moyens dans l’éducation ainsi que l’embauche massive de personnels éducatifs. Ce sont les conditions pour assurer le meilleur suivi des élèves et empêcher les phénomènes de décrochage scolaire qui touchent les plus précaires. Et plus que jamais #Blanquerdémission.




Mots-clés

Education nationale    /    Ecoles   /    SUD-Education   /    Jean-Michel Blanquer   /    Lycées   /    Education   /    Politique