^

Notre classe

Nos vies pas leurs profits

Scandale. Neuhauser finit par jeter plusieurs palettes de denrées alimentaires

Pour la direction de Neuhauser, le profit l’emporte sur la solidarité. Il y a peu, la Direction Neuhauser Folschviller avait reculé sur sa décision de détruire environ 1200 palettes de denrées alimentaires propres à la consommation, sous la pression des salariés. Aujourd’hui, elle jette quand même plusieurs dizaines de palettes ! Un scandale que nous tenons à dénoncer.

mercredi 6 mai

Fin avril, la direction de Neuhauser annonçait une décision révoltante, celle de jeter à la poubelle entre 800 et 1200 palettes de denrées alimentaires. Mais face à la pression grandissante des salariés par le biais de leurs élus CGT et du relais médiatique sur Révolution Permanente, la direction faisait machine arrière et se voyait obligée de promettre d’en faire don à diverses associations et par la suite, aux particuliers. Une décision que la direction a été forcée de prendre mais qui lui permettait de redorer son blason déjà bien entaché.

Du point de vue des salariés et de leurs élus, c’était une solution évidente et une victoire : le gaspillage était évité et, au moment où de nombreuses familles de travailleurs ont du mal à remplir leurs frigos, des dizaines d’associations allaient pouvoir les aider.

Suite à un partage massif d’un post sur la page Facebook CGT Neuhauser, avec plus de 800 partages, un grand nombre d’associations, ravies de participer à ce projet, sont entrées en contact avec les élus CGT du site.

Afin de pouvoir mettre à exécution le projet, la CGT a demandé à la direction de lui fournir un inventaire détaillé de ces palettes, apprenant dans la foulée que certaines avaient déjà été jetées par dizaines et ce, dans la plus grande discrétion bien avant que nous ne soyons alertés et puissions organiser toute alternative.

Après avoir longuement tergiversé, la direction a finalement laissé entendre qu’effectivement de nombreuses palettes avaient été expédiées pour une « revalorisation des déchets » avaient en réalité des Dates Limite d’Utilisation Optimale (DLUO) bien plus longues que celles annoncées, certaines allant jusqu’à février 2021.

De plus, les explications hasardeuses de la direction laissent à penser que d’autres palettes auraient été, elles-aussi, expédiées et ce bien après sa promesse de redistribuer ces produits.

La décision de suspendre cette « revalorisation des déchets », puisque c’est de cela qu’il s’agit d’après la direction, coïncide avec l’annonce du gouvernement de l’autorisation de réouverture des discounters (Noz, Action, etc).

Force est de constater qu’encore une fois, la direction Neuhauser Folschviller fait son profit au détriment de la population touchée par la précarité, induite (ou aggravée) par la crise sanitaire, préférant grappiller des miettes sur ces centaines de palettes de produits surgelés propres à la consommation qu’elle considère comme des « déchets revalorisables ».

Cependant, grâce au rapport de forces mis en place par les salariés et les élus CGT NEeuhauser la direction a été mise face à ses responsabilités et forcée à tenir ses engagements envers les associations. Elle évoque un « sacrifice altruiste » de ses possibles bénéfices au profit des associations, un cynisme abject quand on sait qu’après avoir attendu que la CGT s’engage auprès des nombreux particuliers des alentours, elle refuse catégoriquement de leurs donner le moindre produit, y compris à ses propres salariés.

En guise de justification, elle avance des arguments plus que douteux tel que « le souci de traçabilité » ou encore « les risques bactériologiques d’une mauvaise gestion dans la conservation des produits » (respect de la chaîne du froid, mauvaise cuisson à cœur, …).

Fidèle à sa ligne de conduite, la direction préfère miser sur un hypothétique profit induit par la possible réouverture des discounters et sur les faibles revenus que lui rapporte une « revalorisation de déchets », tout en s’accaparant les mérites d’une action caritative dont elle n’est nullement l’initiatrice, bien au contraire.

Mais les salariés sont fiers d’avoir empêché que la direction jette ces centaines de palettes qu’elle avait bien prévu de mettre à la poubelle, grâce à leur action collective. Parce que c’est nous qui produisons, c’est à nous de décider ! Et ils ne comptent pas se taire face à ce nouveau scandale d’une direction assoiffée de profits. Nous allons continuer de construire le rapport de forces pour préparer les combats à venir.




Mots-clés

Neuhauser   /    Agro-alimentaire   /    Agro-industrie   /    Lutte des classes   /    CGT   /    Notre classe