^

Politique

100.000 morts du Covid : Macron prêt à réagir... à coup de communication

Alors que la France va dépasser sous peu le cap des 100.000 morts du Covid-19, le gouvernement, loin de prendre des mesures pour mettre un coup d’arrêt à l’hécatombe, prépare un nouveau coup de com’ pour cette triste occasion.

mercredi 14 avril

Source photo : Thomas COEX / AFP

Avec 345 décès de plus que la veille, nous avons atteint ce mardi 13 avril les 99 480 morts du Covid-19 en France. Alors que Macron a refusé de faire son « mea culpa » lors de l’annonce de mesures restrictives fin mars, la troisième vague continue de s’étendre et le nombre de patients en réanimation ne cesse d’augmenter, avec près de 6000 personnes se trouvant actuellement en soins critiques.

Or, dans un pays marqué par la banalisation entretenue par le gouvernement et les médias des centaines de morts quotidiennes dues au Covid, l’Élysée s’inquiète du symbole que constituera le seuil des 100.000 morts. La 6ème puissance mondiale est en effet en passe de devenir le troisième pays européen à dépasser ce cap, se plaçant à la suite de la Grande-Bretagne et l’Italie. Un podium mortifère qui risque de projeter une lumière crue sur la gestion catastrophique du gouvernement et qui a de quoi inquiéter Macron à un an des élections présidentielles.

Il faut donc réagir. Mais au lieu de mettre en place des mesures pour de mettre un coup d’arrêt à l’épidémie, le gouvernement est entrain… de réfléchir à quelle opération de communication mettre en place pour préserver son image. Ces derniers jours plusieurs pistes ont été imaginées. Mardi, RTL notait ainsi que Macron préparait une adresse aux Français : « Emmanuel Macron envisage de s’adresser aux Français le jour ou ce cap sera franchi. Déplacement, prise de parole ou simple message écrit... "Tout n’est pas encore calé", confie un proche... L’Opinion évoquait de son côté les idées des députés LREM : « L’ancien marcheur Matthieu Orphelin souhaiterait créer une journée nationale d’hommage aux victimes de la Covid et en attendant, suggère le 14 juillet 2021 pour une première commémoration. Hospitalisée après avoir été victime de la Covid, la députée LREM Patricia Mirallès a aussi déposé une proposition de loi en ce sens. »
Finalement, ce mercredi à la sortie du conseil des ministres, Gabriel Attal a laissé entendre qu’un hommage aux victimes aurait lieu : « évidemment qu’il y aura un temps d’hommage, de deuil pour les victimes de la Covid-19. Le président a déjà eu l’occasion d’en parler, dans les conseils de ministres. ».

Un hommage qui ne s’accompagne d’aucune nouvelle mesure sanitaire. Et pour cause, si Attal raconte que le gouvernement emploie « sa détermination » à « lutter contre l’épidémie », les discussions en conseil des ministres semblent surtout tourner autour de quel coup de com’ va faire Macron pour annoncer le cap des 100.000 morts. Charlotte Chaffanjon, journaliste au service politique de Libération, écrivait ainsi sur Twitter aujourd’hui que « les pistes privilégiées par l’Elysée une fois le seuil des 100.000 morts atteint, ce soir ou demain : un tweet d’Emmanuel Macron, une vidéo sur les réseaux où on le verrait appeler des familles de victimes, et un déplacement. Mais pas de discours. ». Alors que des centaines de personnes meurent quotidiennement, Macron prépare sa comm’ et si le format « d’appel des familles » à la sauce youtubeur a été écartée depuis par l’Elysée, sa simple évocation n’en reste pas moins scandaleuse.

Le gouvernement, qui pendant 1 an a cherché à préserver les profits des grands patrons au dépend de notre santé, témoigne encore une fois de son échec quant à la gestion de la crise sanitaire. Sa réponse à la catastrophe que représente les 100.000 morts se place une fois de plus sur le terrain de la communication, alors que les hôpitaux sont au bord de la saturation et que les soignants sont laissés au front sans les moyens qu’ils réclament depuis bien plus d’un an. En plus de ça, loin de tirer la sonnette d’alarme, Macron déclarait la semaine dernière qu’il n’avait pas « conditionné la réouverture des maternelles et des écoles, puis des collèges et des lycées, à des indicateurs sanitaires.  ». Face à un gouvernement obnubilés par la défense des profits des entreprises, qui laisse les travailleurs du pays risquer leurs vies au quotidien sans aucun moyens, pendant qu’ils préparent des tweets ou des vidéos Youtube, il est temps de prendre nos affaires en main. Ces derniers jours, le hashtag « 100kmortspourleursprofits » qui a émergé sur Twitter nous rappelle l’irrationalité du système actuel, face à laquelle c’est par l’auto-organisation et par la lutte qu’on pourra imposer la résolution de la crise sanitaire au service de la population, et non pas pour les grands patrons.




Mots-clés

Crise sanitaire   /    Coronavirus   /    gouvernement   /    Catastrophe sanitaire   /    Macronisme   /    Emmanuel Macron   /    Politique