^

Du Pain et des Roses

Débat féministe

A Paris, Tithi Bhattacharya débat sur le féminisme aujourd’hui et la grève des femmes

A l’initiative du Nouveau Parti Anticapitaliste, un débat a été organisé avec la féministe états-unienne, Tithi Bhattacharya, co-autrice du manifeste « Féminisme pour les 99% » récemment publié en plusieurs langues.

vendredi 12 avril

Dans le contexte d’une résurgence du mouvement féministe et des mobilisations des femmes à l’échelle internationale, la féministe nord-américaine, Tithi Bhattacharya, était présente à Paris pour débattre autour de l’actualité du féminisme et de la nécessité de construire la grève des femmes.

Le débat a eu lieu dans une salle du local du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) en présence de 80 personnes, pour la plupart des féministes ou militants et militantes de la gauche et l’extrême-gauche. Dans sa présentation, Tithi Bhattacharya est revenue sur les principaux aspects du manifeste « Féminisme pour les 99% », ainsi que sur la Théorie de la Reproduction Sociale.

Insistant sur la centralité de la question du « care » (les soins) pour le bon fonctionnement de la société capitaliste, elle a montré comment ce secteur très féminisé tendait à devenir un lieu central de lutte de classe, comme l’exprime par exemple la vague de grèves d’enseignantes aux Etats-Unis, en Tunisie, au Mexique ou encore au Brésil. Ce constat l’a amené à souligner l’importance de la « grève des femmes », comme perspective stratégique articulant blocage de la sphère de la production et de la reproduction. Elle a également souligné l’importance de l’internationalisme et le fait qu’aucune émancipation des femmes n’est possible au sein même du système capitaliste.

L’interaction qui s’en est suivie avec la salle a été riche. Les questions ont notamment porté autour de certains passages du manifeste « Féminisme pour les 99% », de la théorie de la reproduction sociale, ou encore de l’initiative d’une internationale féministe, dont un premier appel a été publié récemment en plusieurs langues. Un débat a eu lieu suite à une intervention de la salle autour de la question de la prostitution, présentée dans le manifeste comme « travail du sexe ».

Après une intervention de la salle qui demandait pourquoi le mot « révolution » n’apparaissait pas dans le manifeste, Bhattacharya a affirmé la volonté des autrices de maintenir ce flou stratégique, afin d’indiquer la nécessité d’en finir avec le capitalisme sans trancher sur comment le faire. En ce qui concerne les camarades du collectif Du Pain et des Roses, nous pensons que ces débats sont centraux pour les militants révolutionnaires qui s’inscrivent dans une perspective féministe, anti-raciste et de renversement du système capitaliste, et qu’il convient d’y répondre, à la lumière des processus de lutte de classes comme le mouvement des Gilets Jaunes en France.

Une délégation d’une quinzaine de camarades du collectif féministe Du Pain et des Roses, militantes également du NPA, ont participé au débat et ont offert à Tithi Bhattacharya le livre Du Pain et des Roses, récemment publié en France. Lors de sa publication et à l’occasion de la venue en France de son autrice, la féministe socialiste révolutionnaire argentine Andrea D’Atri, en février dernier, une importante rencontre avait été organisée à Paris. Le collectif féministe Du Pain et des Roses, qui existe dans plusieurs autres pays depuis de nombreuses années, a fait ses premières apparitions de rue lors des manifestations du 8 mars et du 9 mars, avec un cortège au sein de la manifestation des Gilets Jaunes, dans plusieurs villes en France.




Mots-clés

Andrea D’Atri   /    Féminisme    /    Santé   /    Grève   /    Du Pain et des Roses   /    Education   /    Brésil   /    Argentine   /    Etats-Unis   /    NPA   /    Du Pain et des Roses