^

Monde

Crise économique

Annuler la dette extérieure du Liban contre le joug impérialiste !

Le Liban est le troisième pays le plus endetté au monde à cause des politiques néolibérales d’un gouvernement corrompu auprès des puissances impérialistes : les travailleurs et la population libanaise refusent de payer le coût de la crise capitaliste et de sa dette illégitime.

lundi 17 août

Les explosions du Port de Beyrouth ont directement mis en cause la culpabilité et l’irresponsabilité du gouvernement libanais. Or ce que cela révèle, c’est la corruption du gouvernement, de la caste politicienne et de l’ensemble du régime libanais que le mouvement de masse des travailleurs et de la population veut faire chuter depuis octobre.

La contestation était partie d’une taxe whatsapp de 6 dollars sur les appels internationaux - l’application est privilégiée pour les appels internationaux dans un pays où vivent plus d’un million de réfugiés et de travailleurs étrangers. Pourtant le mouvement s’est très rapidement radicalisé et étendu à la contestation de toutes les mesures d’austérité qui écrasent la population. 

La dette qui écrase le Liban

En plein milieu des conflits du Moyen-Orient, après avoir été ravagé par la guerre civile de 1975 jusqu’en 1990, le Liban n’a jamais trouvé de stabilité ni politique ni économique. Cette situation s’empire depuis la crise mondiale de 2008 qui ne s’est toujours pas refermée, ce dont on voit les conséquences dans le ralentissement important de la croissance, qui a d’autant plus été aggravé par l’arrêt mondial de l’économie lors de la pandémie qui laisse entrevoir 13,8% de chute du PIB mondial.

C’est cette crise qui contraint le Liban à contracter des prêts aux Etats et aux Banques, afin de faire vivre son économie, en s’endettant et à en faire payer le prix aux travailleurs. Le Liban est ainsi le troisième pays le plus endetté au monde à 166% de son PIB qui est de 53 milliards de dollars par an : sa dette est donc de 91 milliards de dollars. En 2014, sur une population de 6 millions d’habitants et de 2 millions à la capitale, 50% des plus pauvres ont gagné en moyenne 330$ par mois alors qu’un loyer est déjà de 700$ en moyenne à Beyrouth. Cela n’est possible que dans la mesure où 10% gagnent 8 900$, 1% de Libanais gagne 40 000$, 0,1% gagne 917 000$ et enfin seulement 40 individus gagnent plus de 5 millions par mois. Ces chiffres démontrent la concentration des richesses en seulement quelques mains.

De plus la livre libanaise a été dévaluée de 80%, 5000 livres libanaises ne valaient plus que 1$ en juin (le taux officiel était de 1514 livres par dollar américain). Par conséquent les retraits d’espèce ont été suspendus et une inflation importante s’est exercée sur les denrées alimentaires, ce qui a poussé la population aux émeutes de la faim après le confinement. 

C’est sous prétexte de la crise que les grands patrons libanais ont supprimé 220 000 emplois depuis octobre alors qu’il y a déjà 50% de chômage dans le pays. Pourtant si on regarde attentivement, les profits des grandes entreprises libanaises ont été maintenus, les frères Mikati du groupe de Télécommunication Mikati possèdent une fortune respective de 2,5 milliards de dollars, les 4 frères Hariri possèdent eux aussi des fortunes respectives allant jusqu’à 2,5 milliards de dollars. Ce sont les deux familles les plus riches du Liban, pays qui bat les records de corruption et de clientélisme des dirigeants politiques qui se succèdent de famille en famille, de communauté en communauté, sous le régime confessionnel. Ainsi Najib Mikati et Saad Hariri ont tous les deux longtemps occupé le poste de Président du Conseil des Ministres. La population veut dégager toute cette caste politique qui ne sert que ses intérêts et ses profits, qui n’hésite pas pour cela à détourner des fonds publics par l’évasion fiscale qui s’élève à 5 milliards de dollars par an ! 

Un dette impayable

En plus d’être colossale, la dette du Liban le soumet totalement aux Etats et aux Banques qui lui ont prêté des liquidités. La dette libanaise est divisée en deux parties, la dette locale (en livre libanaise) est équivalente à 57,9 milliards de dollars, ce qui est impossible à rembourser dans la mesure où la livre a été dévaluée. D’autre part l’économie libanaise vit de 80% d’importations, qu’il a besoin de continuer à payer malgré la crise, ce qui l’a poussé à s’endetter sur les marchés internationaux à hauteur de 33,7 milliards d’eurobonds - les eurobonds sont des titres prêtés en dollars par les Etats. 

Au mois de mars un prêt de 1,2 milliards d’eurobonds arrivait à échéance, et ce ne sont pas moins de 100% d’intérêts qui sont imposés au Liban dans la mesure où les agences de notation ont classé le pays au rang de prêt « extrêmement spéculatif ». L’étalement du total des prêts d’eurobonds et de leurs intérêts coûte au Liban 10% de son PIB par an, c’est à dire 5 milliards de dollars, et ce jusqu’en 2037. C’est sans équivoque : le Liban ne peut pas payer. Il est en défaut de paiement depuis le mois de mars 2020. 

La « solidarité » impérialiste

C’est sur ce tableau bien agité, de crise politique, sociale et économique, que sont intervenus les événements du port de Beyrouth. Les explosions ont dévasté la ville, elles ont ravagé les populations qui vivaient déjà dans une précarité extrême, laissant derrière elles 171 morts, 6 000 blessés et 300 000 personnes sans abri. Un élan de « solidarité internationale » s’est lancé depuis l’Allemagne, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, mais surtout la France qui a organisé la Conférence internationale pour le soutien et le financement du Liban avec l’ONU : 252 millions d’euros ont été débloqués, dont 30 millions de la France, et ainsi de suite par les organismes tels que le FMI ou la Banque Mondiale.

La France s’est mise à la tête de cette prétendue solidarité, Macron s’étant immédiatement rendu à Beyrouth suite aux explosions. Il a assuré qu’il apporterait tout le soutien que la France est en mesure de déployer, sanitairement, financièrement, pour la reconstruction de la capitale, en échange de quoi il attend des réformes du gouvernement libanais, notamment dans le secteur de l’énergie qui représente 40% de sa dette. 

Ce que Macron exige c’est une privatisation du marché libanais dans la mesure où il manque des financements par l’Etat : que les investisseurs soient privés. Voilà le véritable intérêt que Macron trouve à offrir de l’argent au Liban, l’injection de ces capitaux reviendra en parts de marché pour les actionnaires français qui auront investi ! Ce ne sont par ailleurs pas des objectifs nouveaux car dès le début de son mandat en 2017 il accueillait en France le Président Michel Aoun à une conférence de financement du Liban : elle établissait entre autre un fond de 100 millions d’euros de l’Etat français versés aux Institutions libanaises, ainsi qu’une seconde Conférence des investisseurs pour le Liban et un Accord de coopération avec la France pour la sécurité intérieure et économique du Liban. Ainsi les armes qu’utilise l’armée libanaise pour réprimer les manifestations, les blindés, les gaz lacrymogènes, les armes à feu, sont notamment vendues au Liban par l’entreprise française SAE Alsetex. 

Cependant, Macron et l’impérialisme français n’ont pas seulement des objectifs économiques au Liban. Les explosions du port de Beyrouth représentent une opportunité pour renforcer l’interventionnisme impérialiste dans ce pays qui est clé pour les intérêts des capitalistes français dans la région. La crise politique, sociale et économique que travers le Liban menace les intérêts français dans le pays, et le gouvernement de Macron cherche à imposer une stabilité qui lui soit favorable. « Au lendemain de l’explosion, Paris a mené la charge pour une assistance accrue et une intervention politique au Liban, comme l’a montré la visite du président Emmanuel Macron dans le pays quelques jours après l’explosion. (…) La France a l’intention de rétablir la stabilité politique par le biais de l’arbitrage. Après avoir rencontré des représentants du gouvernement, Macron a tenu à critiquer publiquement le gouvernement à Beyrouth, en rencontrant le peuple libanais dans la rue, où il a promis de revenir le 1er septembre pour s’assurer qu’un nouveau "pacte politique" soit établi. La France a également annoncé qu’elle lancerait un tribunal externe sur les liens du gouvernement avec l’explosion, espérant ainsi créer une opportunité de réajuster le système politique libanais avant que la situation ne se dégrade davantage », écrit Caroline D. Rose à ce propos dans les colonnes de Geopolitical Futures.

Autrement dit, l’impérialisme français, soutenu par les autres puissances occidentales, utilisera tous les moyens économiques et politiques (voire militaires si la situation se dégrade trop) pour préserver ses intérêts dans le pays et la région. Et pour cela la France compte également avec des agents locaux, notamment parmi les classes moyennes aisées et la bourgeoisie libanaise, qui ont lancé une pétition demandant un mandat de mise sous tutelle du Liban à la France pendant 10 ans.

Pour l’annulation de la dette et une issue ouvrière et socialiste à la crise

Macron use de la démagogie impérialiste pour tenter de canaliser la colère populaire à l’égard de la situation économique et contre le régime politique dans son ensemble ; son objectif c’est de préserver les intérêts des multinationales françaises et les positions géopolitiques de l’impérialisme français dans la région. Nous dénonçons ces manœuvres de l’impérialisme français qui ne comportent rien de positif pour les travailleurs et les classes populaires libanaises. Nous dénonçons également les différents mécanismes économiques utilisés par les puissances impérialistes pour soumettre le Liban, dont la dette. C’est pour cela que nous défendons le non payement et l’annulation de la dette libanaise, notamment à l’égard des banques françaises et de l’Etat français.

En effet, cette dette est illégitime car elle a été contractée par la bourgeoisie libanaise pour ses propres profits, et pour les satisfaire les gouvernements successifs ont tous maintenus la dépendance et l’assouvissement aux pays impérialistes ! Cet argent doit servir à investir massivement dans les services publics et la reconstruction de Beyrouth. Cela implique également la nationalisation du système bancaire libanais et l’expropriation des entreprises essentielles sous contrôle des travailleurs.

Ce type de mesures ainsi que celles pour mettre fin au chômage et à la précarité mais aussi pour celle sur la question du régime politique pourraient se discuter dans un processus d’Assemblée Constituante libre et souveraine, où les travailleurs et les masses puissent décider sur les solutions à apporter aux problèmes économiques, sociaux et politiques profonds qui les affectent. Ce serait une façon aussi d’avancer dans la perspective d’une remise en cause profonde du système capitaliste.




Mots-clés

Crise économique   /    Dette   /    Liban   /    Impérialisme   /    Monde