×

Offensive réactionnaire

« Barbares », « régression ethnique » : LR se lance dans une surenchère raciste et sécuritaire

Pour exister à droite du macronisme, les Républicains ont entamé une surenchère répressive après la révolte des quartiers populaires. Après avoir multiplié les interventions médiatiques, le parti a présenté tout un programme raciste et sécuritaire ce jeudi à l'occasion d'une conférence de presse.

Léo Stella

6 juillet 2023

Facebook Twitter
« Barbares », « régression ethnique » : LR se lance dans une surenchère raciste et sécuritaire

Crédits photo : Capture d’écran conférence de presse

Propos racistes, suppression des allocations familiales de jeunes condamnés, chasse aux immigrés…. Depuis l’explosion de colère après la mort de Nahel et la répression ultra-brutale qui y a répondu de la part de l’Etat, Les Républicains (LR) jouent la surenchère pour tenter de se démarquer du macronisme qu’ils ont soutenu pendant les retraites, quitte à se fondre dans l’extrême droite.

Mercredi matin sur France Info Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat a donné la couleur. Pour lui, c’est l’immigration qui explique les émeutes ! La quasi-totalité des interpellés dans les émeutes sont Français ? « Certes, ce sont des Français, mais ce sont des Français par leur identité » répond Retailleau sur France Info, reprenant les idées de l’extrême droite déjà employées par Valérie Pécresse pendant la campagne présidentielle quand la candidate aux 4% s’en prenait aux « Français de papier ». Retailleau affirme ainsi au micro de France Info : « On connaît les causes. Bien sûr que si, il y a un lien avec l’immigration. [...] Malheureusement pour la deuxième, la troisième génération, il y a comme une sorte de régression vers les origines ethniques ».

Ainsi, le sénateur légitime la brutalité de la violence policière qui a fait un mort et laissé un homme dans le coma ces derniers jours, tout en présentant les forces de répression comme des victimes. Questionné sur la mort d’un homme de 27 ans potentiellement tué par un tir LBD à Marseille, Retailleau légitime l’utilisation des LBD et les violences policières dans son ensemble face à « une hyper-violence » des quartiers qui « veut tuer du flic ».

Face à ces « ensauvagés », terme repris de l’extrême droite, Retailleau propose une simplification de la comparution immédiate pour les mineurs ainsi que le renforcement des peines d’emprisonnement dans des « centres éducatifs fermés ». Enfin, dans la continuité des propos de Macron sur les sanctions financières envers les familles des quartiers populaires, Retailleau joue là encore la carte de la surenchère. Ce dernier ressort la vieille rengaine de la droite sur la suppression des allocations familiales envers les familles dont l’un des enfants serait jugé coupable dans le cadre de « violence urbaine ».

Valérie Pécresse qui passait au même moment sur RTL est allé dans le même sens que son compère LR. Les jeunes des quartiers populaires qui expriment leur colère ne sont présentés que comme des « casseurs » et des délinquants mettant le « zouk dans les quartiers ». Face à cela, l’ancienne candidate propose le retour des peines planchers (déjà quasiment appliquée dans les faits dans les cours d’audience) et d’avancer vers la possibilité d’expulser des logements sociaux les familles des jeunes qui seraient condamnés. Elle va jusqu’à chercher dans les mesures du RN en s’accordant pour réclamer la suppression de l’excuse de minorité et l’abaissement de la majorité pénale à 16 ans afin de pouvoir réprimer toujours davantage et plus durement la jeunesse des quartiers populaires.

En définitive, c’est tout un programme ultra sécuritaire et raciste que Les Républicains ont présenté ce jeudi à l’occasion d’une conférence de presse pour présenter un «  plan pour rétablir l’ordre public ». En plus des différentes mesures précédemment évoquées, on retrouve aussi la volonté de créer 80.000 places de prison, le doublement du nombre de centres éducatifs fermés pour les mineurs, d’ici à 2027  ; l’instauration des peines planchers dès le premier délit pour les dépositaires de l’autorité publique ou encore, la mise en place d’un dispositif de courtes peines effectives, en priorité pour les mineurs.

L’ensemble de ces déclarations et des mesures proposées s’ancre dans la politique menée par les Républicains depuis la mort de Nahel. Eric Ciotti, chef de file des LR, n’a pas cessé d’enchaîner les prises de parole ou les passages de plateaux de télé en surenchérissant après chaque annonce du gouvernement, quitte à s’aligner sur le RN ou Reconquête le parti d’ Eric Zemmour. Ciotti a en effet, été le premier à appeler à la mise en place de l’État d’urgence dès le lendemain des émeutes, à proposer l’augmentation drastique des places de prisons, la déchéance de nationalité des binationaux étant jugés dans les cadres des révoltes ainsi que la suppression du droit du sol pour les « mineurs ayant participé aux émeutes ». Une proposition partagée là aussi par Eric Zemmour et l’ensemble de l’extrême-droite.

À l’occasion de futures discussions sur la loi Immigration, mais aussi dans le cadre de la loi justice, LR veut essayer de peser pour durcir encore davantage les textes avec ses propositions racistes et xénophobe. Alliés indispensables du gouvernement pour faire passer cette loi sans 49-3, les LR pourraient bien avoir l’oreille de Gérald Darmanin.

La surenchère des LR surfe sur la répression brutale du gouvernement. Ce n’est que la conséquence logique, des tirs du RAID dans les quartiers populaires, et de la violence des condamnations dans les salles d’audience. Face aux rhétoriques racistes et au renforcement sécuritaire, toutes les organisations politiques, syndicales et associatives doivent faire front pour dénoncer la répression et se solidariser avec la vague de colère qui a déferlé dans le pays à l’image des nombreux rassemblements prévus cette semaine.


Facebook Twitter
Campagne raciste : l'imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Campagne raciste : l’imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Appel à « dégager » Urgence Palestine : un texte policier contre les soutiens de la Palestine

Appel à « dégager » Urgence Palestine : un texte policier contre les soutiens de la Palestine


Avant de salir Manouchian, Le Pen déjeunait avec l'AfD qui appelle à la « remigration »

Avant de salir Manouchian, Le Pen déjeunait avec l’AfD qui appelle à la « remigration »

Marseille. La mairie vote la suspension des aides à l'UNRWA et acte son soutien au génocide

Marseille. La mairie vote la suspension des aides à l’UNRWA et acte son soutien au génocide

Réforme du logement social : une nouvelle offensive anti-pauvres

Réforme du logement social : une nouvelle offensive anti-pauvres

Près de 700 millions d'euros retirés à l'Education : en plus du tri social, l'austérité

Près de 700 millions d’euros retirés à l’Education : en plus du tri social, l’austérité

Non au jumelage de Bordeaux avec Ashdod, ville israélienne qui bloque l'aide humanitaire vers Gaza !

Non au jumelage de Bordeaux avec Ashdod, ville israélienne qui bloque l’aide humanitaire vers Gaza !

10 milliards d'euros de coupes budgétaires : Le Maire saigne l'écologie, le travail et l'éducation

10 milliards d’euros de coupes budgétaires : Le Maire saigne l’écologie, le travail et l’éducation