^

Politique

Patrons, voyous

De nouveau arrêté, Carlos Ghosn appelle Macron à la rescousse

Après quelques semaines sans nouvelles du feuilleton Carlos Ghosn, le voilà revenu. En effet alors qu’il profitait de sa liberté, Carlos Ghosn s’est de nouveau fait arrêter pour la quatrième fois ce jeudi 4 avril pour abus de confiance aggravé.

jeudi 4 avril

Crédits photos : LUDOVIC MARIN / AFP

Ce jeudi, Carlos Ghosn a de nouveau été emmené au parquet de Tokyo puis dans le même centre de détention que celui où il était resté une centaine de jours. La justice japonaise à découvert de nouveaux détournements de fonds entre 2011 et 2015 de Renaud-Nissan et qui aurait servi à financer entres autres la start up de son fils et l’achat d’un yacht de luxe, les détournements attendraient la somme de 5 milliards de Yen, soit pas moins de 38 millions d’euros.

L’ironie réside dans le fait qu’il a réalisé un communiqué vidéo juste avant d’être arrêté et de partir en garde à vue, il se clame innocent mais savait qu’il allait être de nouveau arrêté alors qu’il avait été libéré sous caution un mois plus tôt.
Dans ce communiqué Carlos Ghosn parle d’acharnement, et appelle le gouvernement français à l’aide, « Je suis combatif, je suis innocent, c’est dur, il faut le savoir, et je fais appel au gouvernement français pour me défendre, pour préserver mes droits en tant que citoyen pris dans un engrenage incroyable », cette déclaration fait écho aux déclarations passées de Macron qui s’était ému des conditions de détention de son ami. Face à la très relative intransigeance de la justice japonaise, Carlos Ghosn essaye de trouver de l’aide auprès de Macron, toujours prêt à défendre le grand patronat, d’autant plus lorsqu’ils sont ses amis. La réponse de Macron sera très attendue dans les prochains jours surtout dans le contexte actuel ou les gilets jaunes continuent leur lutte malgré toutes les répressions mises en place par le gouvernement.

Carlos Ghosn tient sa ligne de défense en dénonçant une corruption de la justice de la part de ses concurrents, "Il y a eu une démolition systématique et on sait très bien quelle en est l’origine. Il y a quelques personnes à l’intérieur de Nissan qui sont à l’origine de ça. Ils bénéficient de complicités à l’extérieur de Nissan. Ils ne se sont pas suffi d’influencer et d’agir au Japon. Ils agissent à l’extérieur du Japon et notamment en France." Carlos Ghosn perd ses soutient même au sein de son ancienne entreprise, effectivement le conseil d’administration avait refusés de lui octroyer sa retraite dorée de 750 000 euros par an.

L’avenir de Carlos Ghosn bien qu’ayant des chefs d’accusation toujours plus nombreux ne devraient pas s’assombrir pour autant, son procès ne sera pas exécuté avant l’année prochaine et il pourrait durer plus de deux ans selon son avocat. De plus l’éventualité de s’en sortir sous cautions reste possible.




Mots-clés

Carlos Ghosn   /    Renault-Nissan   /    Emmanuel Macron   /    Patrons-voyous   /    Politique