^

Notre classe

4e jour de grève à Grandpuits

Grève reconduite à la raffinerie de Grandpuits contre le géant Total !

Les raffineurs de Grandpuits sont engagés depuis le 4 janvier dans un bras de fer avec le géant pétrolier Total. Ce jeudi 7 janvier, la détermination ne faiblit pas et les grévistes ont voté à l’unanimité des présents en Assemblée Générale de reconduire la grève jusqu’à la semaine prochaine. De nombreux soutiens étaient présents pour les soutenir.

jeudi 7 janvier

Les raffineurs de Grandpuits sont entrés en grève reconductible le 4 janvier, et ce jeudi 7 janvier, leur détermination face au géant pétrolier ne faiblit pas : la grève a été reconduite à l’unanimité des présents en Assemblée Générale.

Déjà pour leur 3e jour de grève, brasero, barbecue et bonne ambiance étaient de sortie. Pour le 4e, ce n’est pas seulement la grève qui a été reconduite, mais aussi cette bonne ambiance, d’autant plus que de nombreux soutiens étaient au rendez-vous, pour un piquet festif et solidaire. Cheminots, traminots, travailleurs de la grande distribution ou étudiants militants à Révolution Permanente : “Même si Total ne veut pas nous on est là”.

Yahya, chauffeur de bus RATP, qui s’était mobilisé l’année dernière contre la réforme des retraites, explique pourquoi il était important pour lui d’être présent aux côtés des raffineurs ce jeudi : "je suis là pour dénoncer le Greenwashing de Total et apporter mon soutien et la solidarité des travailleurs aux raffineurs qui se battent contre les suppressions d’emploi".

Irène, militante au NPA jeunes, à Révolution permanente, au Poing Levé et étudiante à Paris 8 à Saint-Denis, intervient après le vote pour exprimer son soutien envers les grévistes ainsi que la nécessité pour les jeunes de se battre à leurs côtés : "aujourd’hui la jeunesse est aussi en première ligne de la crise économique. Si on veut se battre pour un avenir meilleur ce sera aux côtés du mouvement ouvrier !"

Julie, étudiante à l’école du Louvre, nous explique pourquoi il est crucial pour les travailleurs de la Culture, eux aussi en première ligne de la crise économique et de la crise sanitaire, de se battre aux côtés de tous les salariés en lutte : "Le secteur de la culture doit s’allier aux travailleurs en lutte pace que c’est la meilleure manière de lutter contre le gouvernement et les patrons voyous".

Au cœur des discussions : l’emploi. La grève a débuté contre un plan de suppressions d’emploi présenté en septembre dernier qui voudrait fermer la raffinerie et supprimer 700 emplois, 200 chez Total même et 500 chez les sous-traitants. En pleine crise économique, alors que des milliers de salariés font face à des PSE en ce début 2021, la grève de Grandpuits est un symbole fort pour tous ceux qui veulent se battre contre les licenciements et les suppressions de postes.

Les soutiens présents partagent la colère des grévistes, et le piquet est aussi un point de ralliement pour ceux qui ont l’écologie à cœur et qui s’indignent de l’hypocrisie de Total. Alors que le géant justifie son plan de suppressions d’emploi par des pseudo préoccupations autour des énergies vertes pour masquer la réalité de la délocalisation de la production vers des pays aux normes écologiques moins strictes, les grévistes soutiennent avec des associations comme Les Amis de la Terre, Greenpeace ou le collectif “Plus Jamais Ca” l’importance de la transition écologique, qui ne doit pas être laissée aux mains des grands capitalistes.

Face à la multinationale Total et pour appuyer la détermination des grévistes, il est essentiel de soutenir et partager la caisse de grève !




Mots-clés

Raffinerie Grandpuits   /    Crise économique   /    Caisse de grève   /    Suppressions de postes   /    Suppression d’emplois   /    Grève   /    Notre classe