×

Bourgeois

Macron repeint en rouge le programme du RN pour masquer leur convergence raciste et anti-ouvrière

Ce mardi, Macron a qualifié le programme économique du RN d'« extrême-gauche ». Une tentative de faire oublier que, sur l'économie aussi, lui et l'extrême-droite convergent toujours plus...

Lorélia Fréjo

18 janvier

Facebook Twitter
Audio
Macron repeint en rouge le programme du RN pour masquer leur convergence raciste et anti-ouvrière

Ce mardi, au milieu de sa conférence de presse, pour annoncer de nouvelles mesures autoritaires et anti-sociales, Macron s’en est pris au Rassemblement National sur son programme économique, jugé par deux fois « d’extrême gauche ». Une tentative d’attaquer l’extrême-droite sur les seuls sujets de débat (limités) avec le parti de Marine Le Pen, l’économique et le social, quitte à déformer totalement la réalité du programme du RN.

Prétextant vouloir agir « à la racine » de la montée des idées d’extrême-droite, Macron a expliqué que le RN était le « parti de l’appauvrissement collectif » et du « mensonge ». Il est ensuite allé jusqu’à déclarer que le RN est « le parti qui a le programme qu’il a complètement piqué à l’extrême gauche (…), le parti qui continue à vous expliquer que la retraite à 60 ans est possible sans vous expliquer comment la financer, (…) le parti qui vous explique qu’il faut augmenter le SMIC sans expliquer comment ça ne désindustrialisera pas le pays ». Après un long discours copié-collé de l’idéologie réactionnaire de la droite et de l’extrême-droite, il fallait bien que Macron trouve quelque chose…

Cependant, pour s’attaquer au RN, c’est Macron qui enchaîne les mensonges…

Concernant les retraites, cela fait ainsi bien longtemps que le parti de Le Pen a reculé, ne défendant la retraite à 60 ans que pour les personnes ayant commencé à travailler avant 20 ans. Un recul qui en annonce d’autres si l’extrême-droite, dont l’intention n’a jamais été d’améliorer la vie des travailleurs, arrivait au pouvoir.

Concernant le SMIC, l’erreur volontaire de Macron est encore plus frappante. Cela fait en effet des années que Le Pen s’oppose à toute augmentation du salaire minimum, de même qu’elle s’oppose à l’augmentation des salaires en général. En cohérence avec sa volonté de satisfaire le patronat, son programme présidentiel se limitait à des exonérations de cotisation patronale en cas d’augmentations.

Cet amalgame entre l’« extrême-droite », héritière de Vichy et de la collaboration et historiquement du côté du patronat, et l’« extrême-gauche, du côté des travailleurs et des mouvements d’émancipation, a cependant un objectif clair. Affirmer que le RN serait incapable de gouverner pour mieux masquer le fait que sur tous les terrains c’est en réalité la convergence qui prime entre le Président actuel et Marine Le Pen.

En effet, tandis que le premier puise dans le programme du RN sur l’immigration, l’école ou la police, à l’image de la loi immigration, qui introduit la « préférence nationale » en matière d’aides sociale et attaque le droit du sol, la seconde n’a cessé de s’aligner sur un programme économique néo-libéral ces dernières années. En cas d’arrivée au pouvoir, le RN prévoit ainsi de poursuivre les attaques contre les travailleurs et de gouverner main dans la main avec la bourgeoisie.

Le parti multiplie d’ailleurs les gages au patronat ces dernières années. Non contente, de vouloir supprimer, en partie, les impôts de succession ou sur la fortune immobilière et le patrimoine, on a ainsi pu entendre Le Pen jurer qu’elle rembourserait bien la dette publique et ses députés féliciter Total ou CMA-CGM pour leurs profits records.

Expliquer que le RN serait d’extrême-gauche est ainsi à peu près aussi stupide que de faire que croire que Macron, qui expliquait mardi vouloir « que la France reste la France », formule qui vient tout droit des campagnes politiques de Jean-Marie Le Pen, Zemmour et Ciotti, serait un ennemi du RN.

Ainsi, tout en combattant le gouvernement, il faut, comme le délégué syndical CGT de Valdunes hier, refuser toute instrumentalisation de nos combats pour des meilleurs salaires et conditions de travail par l’extrême-droite, et la traiter en ennemie. Les attaques anti-sociales et réactionnaires de Macron et les idées nauséabondes de l’extrême droite, visent les mêmes objectifs, servent les mêmes intérêts et doivent être combattues ensemble. Une idée à défendre à la marche contre la loi immigration de dimanche, contre un projet sur lequel convergent Macron et Le Pen.


Facebook Twitter
Campagne raciste : l'imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Campagne raciste : l’imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Georges Abdallah, un résistant communiste emprisonné depuis 40 ans qui révèle l'hypocrisie de Macron

Georges Abdallah, un résistant communiste emprisonné depuis 40 ans qui révèle l’hypocrisie de Macron

Appel à « dégager » Urgence Palestine : un texte policier contre les soutiens de la Palestine

Appel à « dégager » Urgence Palestine : un texte policier contre les soutiens de la Palestine


Panthéonisation de Manouchian : opération détournement de mémoire pour Macron et le RN

Panthéonisation de Manouchian : opération détournement de mémoire pour Macron et le RN

10 milliards d'euros de coupes budgétaires : Le Maire saigne l'écologie, le travail et l'éducation

10 milliards d’euros de coupes budgétaires : Le Maire saigne l’écologie, le travail et l’éducation

Avant de salir Manouchian, Le Pen déjeunait avec l'AfD qui appelle à la « remigration »

Avant de salir Manouchian, Le Pen déjeunait avec l’AfD qui appelle à la « remigration »

Moins d'écologie, plus d'exploitation : l'exécutif donne de nouveaux gages à la FNSEA

Moins d’écologie, plus d’exploitation : l’exécutif donne de nouveaux gages à la FNSEA

Appel à « passer en économie de guerre » : Glucksmann lance sa campagne militariste

Appel à « passer en économie de guerre » : Glucksmann lance sa campagne militariste