^

Politique

Offensive islamophobe

« Officine islamiste » : Darmanin poursuit son attaque islamophobe contre le CCIF

Gérald Darmanin veut dissoudre le CCIF. Et faute d’arguments tangibles pour prouver son implication avec les actes terroristes , le ministre de l’intérieur, s’assure, avec le soutien de la presse, de poursuivre son offensive contre des organisations musulmanes qui n’ont rien à voir avec le terrorisme.

mercredi 28 octobre

Crédit photo : Van Der Hasselt / AFP

Comment réussir à dénoncer un bouc émissaire publiquement, amener l’entièreté des médias à à approuver cette dénonciation calomnieuse, puis supprimer ce bouc émissaire ? Gérald Darmanin, face au CCIF qu’il assimile au terrorisme islamiste, est en train de dérouler une leçon de politique réactionnaire. Deux semaines et demi après l’assassinat odieux de Samuel Paty, le ministre de l’intérieur s’est attaqué aux organisations, qui, selon lui, « tentent de faire croire qu’il y a une « islamophobie d’Etat » dans notre pays  ». Ces associations, à force de dénoncer les discriminations dont sont victimes les musulmans, seraient du coup à l’origine des attentats perpétrés sur le territoire français ! Et même si le ministre peine à montrer des liens véritables entre ces associations et l’organisation d’attentats, cela ne fait rien. Il suffit tout simplement de matraquer dans les médias qu’ils en sont la cause, de faire quelques sondages et, s’il le faut changer la loi. Dernières déclarations en date, dans une interview pour Libération publiée ce lundi, le ministre de l’Intérieur déclare tranquillement : « Cette association est une officine contre la République. Elle considère qu’il y a une “islamophobie d’Etat”, tout en étant subventionnée par l’Etat français puisque ses donateurs bénéficient par ailleurs de reçus fiscaux. Il est temps d’arrêter d’être naïf avec ces officines sur notre sol. »

Il avait fallait trois jours à Gérald Darmanin pour pointer du doigts les responsables du meurtre de Samuel Paty. En tête, le CCIF (Collectif Contre l’Islamophobie en France) et Baraka City, la première étant essentiellement une association de soutien juridique face aux actes islamophobes, la seconde une ONG humanitaire. Alors que Baraka City a déjà reçu une notification de dissolution, le ministre de l’intérieur peine à expliquer en quoi le CCIF serait coupable de complicité du terrorisme. Mais qu’importe ! Ainsi, dans son interview à Libération, lorsque le journaliste demande au ministre la relation entre le père de famille qui mis sur les réseaux sociaux une vidéo dénonçant Samuel Paty et donné le numéro du CCIF et le collectif en lui-même, le ministre répond tout simplement : « Si vous mettez une vidéo en ligne en publiant le numéro de quelqu’un, et que cela débouche sur un attentat, je pense que ce quelqu’un dira : « Je n’ai rien à voir avec ce monsieur. » ». Traduisez : le CCIF est bel est bien impliqué dans le meurtre de Samuel Paty. Une connexion logique plus que faible, quand on voit que le Front National n’avait même pas été mis en cause lorsque l’un de ses candidat avait tenté d’incendier une mosquée à Bayonne. Deux poids, deux mesures donc, et ce afin de poursuivre l’offensive islamophobe du gouvernement.

Mais que serait Gérald Darmanin sans certains de ses amis journalistes ? Car le moins que l’on puisse dire, c’est que dans cette cabale médiatique, certaines chaînes de télévision et de radios ont assuré les arrières du ministre pour diaboliser au maximum ces associations, qui, encore une fois, n’ont rien à se reprocher. Dernière en date ? Cnews et SudRadio, deux médias particulièrement marqués à droite, qui ont commandé un sondage auprès de l’Ifop sur la menace terroriste. Et parmi les questions, une demandant si les sondés approuvait ou non la dissolution du CCIF. Et surprise, après deux semaines de passages en continu de Darmanin, Macron, Blanquer et Schiappa sur les ondes, soutenu par les Zemmour et consorts, 76 % des sondés y sont favorables ! Evidemment, aucune précision sur ce qu’est le CCIF, ni même de questions préalables pour s’assurer que les sondés sachent effectivement ce qu’est le CCIF ! Et alors que tous les journaux se sont concentrés « la laïcité en danger » ou le niveau de menace terroriste, aucun journal n’a daigné souligner que seulement un sondé sur trois faisait confiance à Emmanuel Macron, Jean Castex ou Gérald Darmanin contre cette même menace.

Face à cela, la réaction des organisations du mouvement ouvrier est bien faible. Comme le disait Marwan Muhammad, invité sur Révolution Permanente jeudi dernier, « le ciblage des associations c’est littéralement une chasse aux musulmans ! ». Et pourtant, face à ce harcèlement ciblé, de nombreuses figures de la gauche traditionnelle se sont rangées derrière Darmanin, en défense de la République. A commencer par le PCF, dont le député Sébastin Jumel, expliquait le 22 octobre à la sortie de l’Assemblée qu’il fallait « dissoudre le CCIF, qui, visiblement, est ennemi de la République ». Une position scandaleuse de la part des communistes qui se rangent une fois de plus du côté de l’islamophobie d’État. De son côté La France Insoumise, a choisi de se taire sur le sujet. Une position soi-disant neutre, qui, en dernière instance, à défaut de soutenir le CCIF face à Darmanin, se range du côté de ce dernier.




Mots-clés

Conflans   /    Racisme d’État   /    Gérald Darmanin   /    Islamophobie   /    Racisme   /    Politique