^

Politique

Islamophobie

Deuxième incendie en moins d’une semaine dans une mosquée à Lyon

Pour la deuxième fois en moins d’une semaine, un lieu de culte musulman a été incendié dans l’agglomération de Lyon, témoignant d'une recrudescence réactionnaire des actes islamophobes dans le pays.

jeudi 13 août

La mosquée Essalem dans le 2ème arrondissement de Lyon a été la cible d’une attaque incendiaire dans la nuit de mercredi à jeudi. La salle de prière visée par les flammes se situe dans un immeuble de logements sociaux, et comme le souligne Naaman Amaanin, bénévole de la mosquée : « C’est juste la porte qui a brûlé. Heureusement que le feu n’a pas touché les voisins d’en haut ». En effet, l’incendie a rapidement été pris en charge et maîtrisé, il n’y a donc aucun blessé.

C’est le deuxième incendie en moins d’une semaine dans l’agglomération de Lyon visant un lieu de culte musulman : la mosquée Omar à Bron, a également été incendié dans la nuit du 6 au 7 août.

Ces attaques témoignent de la recrudescence des actes islamophobes, avec notamment l’attentat contre une mosquée et ses fidèles à Bayonne en octobre dernier, ou
encore les graffitis islamophobes sur la mosquée de Cholet au mois de mai et sur la façade de la mosquée d’Agen au mois de juillet.

La grande marche contre l’islamophobie qui a eu lieu le 10 novembre 2019 notamment à Paris et à Toulouse a pu mettre en lumière ces attaques de plus en plus nombreuses contre les personnes musulmanes.

L’hypocrisie du gouvernement face à l’islamophobie

Suite aux dernières attaques contre les deux mosquées à Lyon, le maire de la ville, Gregory Doucet et Gérald Darmanin ont réagi sur Twitter en affirmant les « condamner ». Pourtant, une très grande partie de la classe politique ne s’était pas gêné pour condamner et taxer de « communautaristes » les rassemblements contre l’islamophobie de novembre 2019.

Par ailleurs, le rapport annuel du Collectif Contre l’Islamophobie en France (CCIF) publié au mois de février révèle une augmentation des actes hostiles envers les personnes musulmanes ou maghrébines en 2019. Ce rapport dénonce également la responsabilité du gouvernement dans l’accroissement de ces violences racistes et islamophobes avec notamment la mise en place d’une multitude de lois antiterroristes. En effet, le gouvernement Macron a fait ses preuves en matière d’islamophobie et de racisme avec notamment la loi interdisant le port du voile pour les femmes participant à des sorties scolaires, l’appel à la délation face à « l’hydre islamiste », la chasse aux musulmans de Castaner, ou encore le projet de créer des « cellules départementales de luttes contre l’islamisme et le repli communautaire », accompagné de mesure de flicage et de répression.

C’est pourquoi lutter contre l’islamophobie, c’est lutter contre les rhétoriques et les politiques réactionnaire et racistes du gouvernement qui construisent un « ennemi intérieur » dans le but de diviser les classes populaires.




Mots-clés

Incendies   /    Islamophobie   /    Lyon   /    Extrême-droite   /    Politique