^

Politique

Réveillon indécent

Pendant que Carlos Ghosn ripaille au Liban, les salariés crèvent au boulot !

Le spectacle du réveillon au Liban de Carlos Ghosn après sa fuite pour se soustraire a la justice japonaise est scandaleux. Quand un grand capitaliste est dans la peine, la solidarité de classe est de mise, il y même eu un appel du pied du gouvernement français pour lui accorder l’immunité s’il se réfugiait en France.

jeudi 2 janvier

Des crachats à la figure des salariés qui ont été victimes de sa politique

En pleine lutte contre la reforme des retraites, alors que le gouvernement Macron et le patronat, mènent une offensive sans précédent en voulant nous faire travailler toujours plus et amputer nos retraites, Carlos Ghosn, lui, profite tranquillement de sa retraite au Liban. Il organise des fêtes indécentes avec tout l’argent qu’il a volé ou détourné pendant qu’il était aux affaires chez Renault-Nissan et en fermant des usines.

Mais cela ne semble pas beaucoup déranger la classe dominante ni les journalistes. Quand un PDG gagne ton salaire annuel en une journée, une fois pris la main dans le sac, en bons chiens de garde, ils lui trouvent toutes les circonstances atténuantes possibles, afin qu’il puisse continuer a nuire et à profiter au travers le monde.

Dans un monde de malfrats, Carlos Ghosn est roi

Avec un salaire qui s’élevait à 1,2 millions en 2005, dès 2006 il s’augmente de 45,5 % pour établir sa rémunération a 7,4 millions dont 5,4 millions de stock-option, ce qui le classe numéro 1 des plus gros salaires du CAC 40. Autant dire que ses vieux jours sont largement assurés ce qui n’est pas le cas pour les classes populaires qui travaillent dans les usines et les intérimaires qui cravachent sur les chaînes de montage chez Renault Nissan.

Les vrais privilégiés sont les Carlos Ghosn, pas les grévistes qui font tourner la société !

La vraie dictature, c’est dans les usines qu’elle se trouve, avec tellement d’argent pour un seul homme, qu’il ferait vivre des familles entières ; et une fois que cet homme risque d’être condamné, tout le monde crie au scandale, alors que le vrai scandale c’est d’avoir un système qui rend cela possible. Et c’est bien pour cette raison que la grève est tant suivie et soutenue : la lutte n’est pas seulement contre la reforme des retraites, mais contre la capitalisme qui protège les parasites comme Carlos Ghosn !




Mots-clés

Grève décembre 2019   /    Liban   /    Scandale   /    Carlos Ghosn   /    Renault-Nissan   /    Grève   /    Politique