^

Politique

Racisme d'Etat

Xénophobie d’Etat. Pour Macron les sans-papiers ont "des devoirs avant d’avoir des droits"

"Vous avez des devoirs, avant d'avoir des droits". C'est ce qu'a répondu Emmanuel Macron, interpellé vendredi dernier à Nevers sur le sort des sans-papiers. Une preuve du mépris avec lequel l’État français traite les sans-papiers qui sont en première ligne de l’exploitation et l’oppression.

mardi 25 mai

Photo : AFP

En pleine campagne de communication auprès des jeunes pour se donner l’air cool et accessible (https://www.revolutionpermanente.fr/Hypocrisie-Macron-en-operation-communication-pour-seduire-la-jeunesse), il ne suffit pas d’aller chercher très loin pour voir ce qui se cache derrière le vernis des coup de com’.

Alors qu’il était en déplacement à Nevers vendredi dernier, le Président s’est fait interpeller sur le sort des sans-papiers et sur la difficulté de trouver un emploi en tant qu’immigré. Réponse sans détour du chef de l’État : « Quand vous arrivez dans un pays, vous avez des devoirs avant d’avoir des droits. On a une culture d’accueil, les choses se passeront bien si chacun fait son devoir. Il y a du travail pour tout le monde qui veut en avoir. »

Une phrase qui en dit long sur la manière dont l’État français traite les sans-papiers présents sur le territoire hexagonal. Mais, rien d’étonnant lorsque l’on sait avec quel acharnement l’État réprime toute personne sans-papiers tentant de vivre dans des conditions dignes sur le territoire français. Nombre d’images ont pu en attester ces derniers mois des politiques racistes et répressives menées contre les migrants. De l’évacuation manu militari de la place de la République aux lacérations de tentes à grand renfort de tractopelles pendant l’évacuation du camp de Grande Synthe rien n’a été épargné à des personnes déjà fatiguées par les mois d’errances, fuyant la misère imposée par l’impérialisme et traversant des frontières toujours plus dangereuses et militarisées.

Sur les réseaux, cette phrase a provoqué beaucoup de colère, et nombre de personnes ont démasqué l’hypocrisie de Macron et de l’État français concernant les migrants. Un État dont la politique impérialiste destructrice a pour résultat direct de mettre des populations face à l’obligation de fuir leurs pays.

Dans la continuation de sa campagne raciste, Macron a, par cette petite phrase, donné des gages à ses électeurs les plus à droite dans la perspective d’une campagne présidentielle qui s’annonce déjà placée sous le signe du racisme et de la course à la répression. Une honte lorsque l’on sait que cette répression mets des milliers de vie en danger, comme en Espagne actuellement où l’armée a été envoyée pour réprimer des migrants venus du Maroc.

Véritable variable d’ajustement en période de crise pour les patrons et pour le gouvernement, les migrants se retrouvent aujourd’hui encore en première ligne des offensives sécuritaires, répressives et racistes du gouvernement. La politique migratoire de la France ainsi que celle de l’Union Européenne ayant depuis longtemps montré son visage xénophobe.

Il est donc urgent d’imposer l’arrêt immédiat de toutes les expulsions, ainsi que la réquisition des logements vides afin de pouvoir reloger les migrants et les sans-papiers dans des conditions dignes. Dans le même temps il nous faut exiger la régularisation immédiate de tous les sans-papiers, sans distinction de statut.




Mots-clés

Racisme d’État   /    Migrants   /    Racisme   /    Emmanuel Macron   /    Immigration   /    Sans-papiers   /    Répression   /    Politique