×

#BlanquerDemission

Des débrayages massif pour cette rentrée sous tension dans l’Éducation Nationale

Contre la rentrée proposée par Blanquer en l'absence de protocole sanitaire à la hauteur de la pandémie dans les écoles et sur fond d'instrumentalisation de l'hommage à Samuel Paty. les professeurs et personnels de nombreux établissements ont débrayé massivement dès lundi matin.

Tom Cannelle

2 novembre 2020

Facebook Twitter

C’est une rentrée sous le signe d’un confinement partiel, partiellement efficace, que la grande majorité des profs de plus d’une trentaine d’établissement ont décidé de débrayer ce matin. Ils pointent en premier lieu, le fait que face au rebond épidémique qui promet d’être plus meurtrier encore que la première vague, rien n’est mis en place par le gouvernement qui se targue de brandir un « protocole sanitaire renforcé ». Alors que les établissements scolaires sont l’un des principaux foyers de cluster, ce protocole prévoit, pour les classes bondées de plus de 30 élèves... une aération accrue ! "Les conditions sanitaires de la rentrée ne sont pas correctes" dénonce Madame Renaud, enseignante en grève du lycée Paul Eluard, bloqué ce matin.

C’est plus d’un milier de professeurs, sans compter les travailleurs de la vie scolaire qui sont en grève. Uniquement dans ce thread twitter, 30 établissements en grève sont recencés, principalement en Île de France mais aussi a Mulhouse ou Dreux.

Au delà des mesures sanitaires totalement insuffisantes, les professeurs s’insurgent aussi face à la supercherie imposée par le gouvernement pour l’hommage à Samuel Paty. Entre la censure de la lettre de Jean Jaurès, la suppression du temps de concertation pour mettre en place des hommages adaptés face à l’horreur de ce crime, ainsi que la délation exigée par le gouvernement pour sévèrement punir tout élève qui ne se serait pas tenu sage durant la minute de silence, on se demande où est passée la liberté d’expression si chère à Blanquer ! « nous refusons d’être instrumentalisé.es à des fis de stigmatisation d’une partie de la communauté scolaire » expriment notamment les grévistes du lycée Jean Macé de Vitry.

Face à cette situation dramatique de l’entière fait d’un gouvernement de plus en plus autoritaire, ce dont ont besoin les personnels scolaire, c’est un vrai plan de bataille national qui correspond à la radicalité dont ont ils ont fait preuve en débrayant aujourd’hui. A ce titre, on peut se demander où est la date de mobilisation nationale que les syndicats nationaux auraient dut déposer en amont de cette rentrée pour enfin, frapper du poing sur la table, dans le secteur de l’éducation, en première ligne du mépris du gouvernement et l’un des cœurs de la crise sanitaire : c’est le moment ou jamais !


Facebook Twitter
RATP CAP : 95 % des conducteurs de Wissous et du tramway T10 en grève pour les salaires

RATP CAP : 95 % des conducteurs de Wissous et du tramway T10 en grève pour les salaires

Répression : 9 soignants en GAV après s'être mobilisés contre la fermeture des urgences de Carhaix

Répression : 9 soignants en GAV après s’être mobilisés contre la fermeture des urgences de Carhaix

Grève à Radio France : quelles suites après la journée réussie du 12 mai ?

Grève à Radio France : quelles suites après la journée réussie du 12 mai ?

La condamnation de Safran pour homicide involontaire confirmée en appel : une victoire pour les ouvriers

La condamnation de Safran pour homicide involontaire confirmée en appel : une victoire pour les ouvriers

Grève victorieuse : les pompiers de la raffinerie de Grandpuits font plier Total !

Grève victorieuse : les pompiers de la raffinerie de Grandpuits font plier Total !

Lutte pour les salaires à Capgemini : une grève qui envoie un signal à l'ensemble du secteur

Lutte pour les salaires à Capgemini : une grève qui envoie un signal à l’ensemble du secteur

Liquidation judiciaire de MA France : 400 familles au chômage malgré les profits records de Stellantis

Liquidation judiciaire de MA France : 400 familles au chômage malgré les profits records de Stellantis

Grève des éboueurs et égoutiers à Paris : « L'inflation fait mal à tous, c'est le moment ou jamais »

Grève des éboueurs et égoutiers à Paris : « L’inflation fait mal à tous, c’est le moment ou jamais »