^

Du Pain et des Roses

Crise sanitaire et sociale

Témoignage. Etudiante précaire et étrangère, en 1ere ligne face à la crise sanitaire et aux violences sexistes

Nous publions le témoignage d'une étudiante étrangère précaire, qui, après les annonces d'Édouard Philippe, a été forcée d'aller travailler et a été agressée sexuellement par son patron.

jeudi 19 mars

Tout en ayant conscience de la difficulté de l’immigration, j’étais déterminée à venir étudier en France. J’y suis maintenant depuis 6 mois. Je n’ai pas eu de logement stable pendant quelques mois et je n’ai pas de famille qui puisse financer à la fois mes études et ma vie ici. Je savais que j’étais obligée de trouver un travail en plus de mes études à l’université. Je savais que j’étais obligée de travailler parce que l’Etat ne me donnerait aucune aide, et que la vie en France était si chère que je ne pourrais subvenir à mes besoins toute seule. Pourtant je devais bien me nourrir et continuer à faire ce pourquoi je suis venue, étudier.

Pendant deux mois j’ai cherché sans arrêt un travail sans en trouver. J’étais très inquiète de ne pas réussir à trouver un emploi car d’un côté, j’avais la barrière de la langue et de l’autre, l’Etat ne me permettait de travailler que 20 heures par semaines. Le seul moyen d’avoir de l’argent c’était de travailler au black, c’est-à-dire de ne pas être officiellement salariée : je n’ai donc aucun droit à la retraite, au chômage technique ou partiel ainsi qu’à toutes les mesures sociales liées au salariat. Aussi, en travaillant au black, je peux me faire virer à n’importe quel moment. Après deux mois, le seul emploi que j’aie trouvé était un poste de serveuse barmaid dans un bar, évidemment au black. Je travaille 30 heures par semaine, presque à temps complet, pourtant je ne suis payée que la moitié d’un SMIC horaire. Un travail éreintant physiquement puisque je travaille le soir jusqu’à très tard. J’ai continué à bosser là alors que je savais que le patron ne me ferait pas signer de contrat.

La crise sanitaire du coronavirus est arrivée et dès le lendemain des annonces d’Édouard Philippe par rapport à la fermeture de tous les bars et restaurants, le patron a décidé de laisser le bar ouvert et de me demander de continuer à travailler. Il ne se rendait pas compte que sa décision individuelle de laisser le bar ouvert était dangereuse puisqu’elle mettait des vies en danger. J’ai débattu avec lui et refusé d’aller travailler, mais sa réponse a été : « reste chez toi si tu veux, mais ne viens plus jamais ». Puisque je voulais garder mon travail, j’y suis quand même allée. Quand j’ai voulu mettre des gants, le patron m’a dit de ne pas les mettre car « ce n’est pas agréable pour un client qui vient manger ».

A un moment où j’étais toute seule avec lui il a commencé à me dire des phrases douteuses comme « tu es trop belle, tu me plais ». J’étais très surprise et choquée, je l’ai arrêté en lui disant que je ne voulais pas l’écouter et qu’il n’avait aucun droit de me parler comme ça. Je me suis levée pour partir et dans l’élan il s’est rapproché pour m’embrasser. Je l’ai poussé en criant « Non, ne me touche pas ! ». J’ai pris mes affaires pour partir et je lui ai demandé de me payer. A ce moment j’ai pris la décision de ne plus jamais revenir. Je me retrouvais donc dans une situation ultra critique. J’ai pensé à toutes les heures que j’ai passé à travailler, à toutes les nuits où j’ai fait des heures supplémentaires qu’il ne m’a jamais payées. J’ai pensé à comment le patriarcat était vicieusement imbriqué dans l’exploitation de ce système capitaliste. Pourtant je ne suis pas la seule dans cette situation, il y a des milliers d’autre femmes étudiantes ou étrangères qui sont si précaires qu’elles sont obligées de garder le silence face à ces violences et au danger sanitaire actuel. Et ce silence nous contraint à être encore plus précaires.




Mots-clés

Crise sanitaire   /    Crise économique   /    violences sexistes   /    Coronavirus   /    Crise sociale   /    Féminisme    /    mouvement étudiant   /    harcèlement sexuel   /    sexisme   /    Précarité   /    Du Pain et des Roses   /    Violences faites aux femmes   /    Droits des femmes   /    Du Pain et des Roses