^

Politique

Chaude ambiance à la Bellevilloise

Meeting de veille de grève avec Olivier Besancenot

Belle participation et climat de veillée d’armes, ce lundi soir, à la Bellevilloise, à Paris, en compagnie de camarades grévistes d’ici et d’ailleurs pour échanger sur la situation à la veille de la grande journée de grève du 17 décembre.

mardi 17 décembre 2019

« Bienvenue au pot de départ de Jean-Paul Delevoye », lance Olivier Besancenot en début d’intervention, sous forme de boutade. La crise politique est au rendez-vous, « et si le haut-commissaire a démissionné, souligne Laura, cheminote gréviste, c’est aussi sa réforme qu’il doit remballer ». Toutes et tous, enseignante, agent RATP, Santé, Culture, insistent sur cette nouvelle dimension de la situation, alors que le gouvernement est aux abois et qu’un signal fort devrait venir des organisations syndicales pour que tout le monde se mette dans l’action.

Cela ne signifie pas que l’enjeu ne soit pas « de s’organiser à la base », souligne Gaël Quirante, que la Poste veut faire condamner et qui doit passer en procès le 18. C’est aussi de cette façon que l’on pourra « convaincre, un à un, ceux qui ne sont pas encore dans le mouvement », dit un cheminot, à son voisin, assis au fond de la salle, « et qu’on gardera la main sur notre grève, pour obtenir que les syndicats n’aillent pas négocier, ni discuter à Matignon, et pour obtenir le retrait ».

C’est l’enjeu central, et c’est un objectif à portée de main. Ce qui ne veut pas dire que ce sera facile. Mais dans le cadre de cette nouvelle situation mondiale qui nous fait vibrer, « le cycle de lutte le plus important depuis les années 1970, peut-être », souligne Olivier Besancenot, et que viennent illustrer, à la tribune, un camarade de Hong Kong ainsi que Kamel, pour le PST d’Algérie, qui revient sur le « coup de force électoral » de la semaine dernière et les potentialités toujours bien présentes du hirak, une victoire pourrait radicalement changer la donne.

Plusieurs rendez-vous sont donnés au niveau Île-de-France, pour cette journée du 17, avec notamment le point fixe du NPA, à Chemin-Vert, ainsi que le cortège de cheminots, agents RATP et enseignants en lutte qui s’organisent autour de la Rencontre Interpro de Saint-Lazare et qui souhaitent réaffirmer, en battant le pavé, que la lutte pour le retrait se fera par la base, de façon coordonnée, démocratique et combative, indépendamment des couleurs et des ballons.




Mots-clés

Mouvement des retraites 2019-2020   /    Education nationale    /    Hong Kong   /    5ème mandat   /    Réforme des retraites   /    Algérie   /    Cheminot-e-s   /    Grève   /    Grève générale   /    RATP   /    Internationalisme   /    La Poste   /    Politique